La signifcation d'un Tatouage

 Un tatouage est une modification permanente, et irrémédiable de notre corps. Décider de porter un tatouage toute sa vie ne doit pas, et n’a jamais réellement était une décision prise à la légère. En effet, si de nos jours le tatouage devient une sorte de « décoration » de notre corps courante, depuis sa création, le tatouage n’a pas toujours eus droit à tant d’engouement. En effet, dans le passé, le tatouage avait une connotation très changeante.

 

tipos-20de-20tatuajes-20para-20mujeres9.jpg

 

La signification du tatouage dans le temps.

           Voyons ensuite dans un ordre chronologique. Dans la civilisation égyptienne, le tatouage s’apparentait à une protection contre la malchance, ou encore la maladie et symbolisaient la fertilité. D’une autre manière, il servait à identifier le rang social, l’appartenance à un groupe, ou même le statut, d’une personne. Enfin, le tatouage en Egypte permettait souvent de créer des liens avec les divinités (voir photo ci-contre). Mais comme de nos jours, il était aussi très utilisé de manière décorative. Le tatouage ne fait donc pas office de punition, il a une valeur sociale et en aucun cas discriminative.

                      Mais le tatouage va subir par la suite de très grandes controverses, et ce tout d’abord, avec les trois grandes religions monothéistes, qui semblent s’opposer dans les grandes lignes au fait de se faire tatouer.

           Pour commencer, la religion chrétienne : bien que les coptes usent du tatouage, avec le temps et l’écriture de la bible, avoir un tatouage sera très mal vu, et même interdit au moyen âge, sous la domination de l’Eglise catholique. En effet, on ne doit en aucun cas modifier l’œuvre de dieu, le corps que dieu aurait créé à son image et le tatouage va à l’encore de la Bible de par ce fait.

           Sous un autre angle, mais pour arriver à un avis assez similaire, observons le cas de la religion juive. L’Ancien Testament de la Bible, commun aux deux religions, dit donc lui aussi « Vous ne ferez pas d'incisions sur le corps à cause d’un mort et vous ne ferez pas dessiner des tatouages sur le corps. Je suis l'Éternel. ». Les juifs subissent donc une interdiction totale dans l’ancien testament du tatouage, ou de toute trace à l’encre indélébile. La religion juive est fermement opposée au tatouage, bien qu’aucune institution ne les y empêche, comme dans le cas des chrétiens.

           Pour ce qui est de la religion Musulmane, l’avis au sujet du tatouage est très négatif. Bien que cette pratique soit très ancienne, l'Islam condamne le tatouage, et ce aussi bien pour ceux qui s’y soumettent que ceux qui le réalisent. Selon le Coran, rien ne doit modifier la création de Dieu sous peine d'être un “allié” de Satan. Néanmoins, certains bravent cet interdit, et ce malgré l’interdiction formelle de ce genre de pratique par le Coran. Et on peut même aller jusqu’à dire que le tatouage reste très répandu chez les fidèles.

           Toutefois, la religion musulmane va user d’une autre décoration corporelle associée au tatouage qui est le tatouage au henné, afin de parer cet interdit sans aller à l’encontre de la parole divine. Cette modification corporelle est acceptée car non permanente sur le corps. En effet, le Henné occupe une place très importante de nos jours encore dans la culture arabo-musulmane. Selon l’islam, le prophète se teignait la barbe avec ce henné, et qu’il aimait tout particulièrement cette plante. Ces « on-dit » attribuèrent une dimension religieuse très forte au henné, qui n’est pas que décoratif. En effet, le henné protègerait du mauvais œil, porterait chance, et est même encore de nos jours très utilisé dans les mariages, où il est là associé à la sensualité et à la fécondité.  Plus précisément, il est dit qu’en portant du henné le jour de son mariage (voir photo ci-contre), une mariée cherche à « rendre grâce » auprès de son mari. Le tatouage au henné tient donc une place importante dans l’histoire, mais il est surtout présent chez les femmes. Source de croyance populaire, elle use du henné pour affronter avec force et courage les vices de la vie, auxquels elles seraient plus sujettes que les hommes. Dans un contexte plus léger, ce genre de tatouage leur apporterait aussi du rêve, et de la joie.

           Puis par la suite, le tatouage va prendre un sens bien plus péjoratif dans bon nombres de pays. S’il reste par localité un type de rite de passage à l’âge adulte dans certaines sociétés, ou l’homme apprend à ressentir la douleur, il est aussi utilisé pour former toutes sortes de clans à la réputation assez mauvaise. Par exemple, dans la société japonaise, le tatouage est porté par les prostitués et la mafia locale que sont les clans de Yakusas. Le tatouage yakusa est inséré sous la peau à l’aide d’outils artisanaux, rendant le tatouage long (parfois des années pour le terminer), cher et extrêmement douloureux. Chaque clan Yakusa a son propre motif de tatouage(voir photo ci-contre) symbolisant la fidélité éternelle du tatoué envers ledit clan. Cette pratique est originaire des Bakutos qui avaient pour habitude de se tatouer un cercle autour du bras par crime commis.

Cette connotation était aussi encore bien présente en France, et ce même au XXème. En effet, les personnes qui se faisaient tatouer étaient généralement de prisonniers. Aussi, porter un tatouage était très mal vu, et sous-entendait que la personne qui le portait n’était pas quelqu’un de très fréquentable.

           La vision des hommes qui arboraient un tatouage s’endurcit d’autant plus durant la seconde guerre mondiale, lors des massacres de la Shoah. Ceci car les juifs emmenés en camps de concentration étaient tatoué comme du bétail, sur le bras, d’un chiffre qui permettait de les compter (voir photo ci-contre). Ils usaient du tatouage pour les dénigrer, et diminuer au maximum leur humanité. Cette utilisation barbare du tatouage renforça la connotation péjorative qu’il avait déjà acquise avec les années.     

                        Cette vision des tatoués assez mauvaise disparait peu à peu de nos jours, mais est encore présente chez nos doyens, comme observé lors du sondage que nous avons réalisé, où 35% des personnes de plus de 50 ans interrogées considéraient le tatouage comme une pratique de marginaux, contre 0% des moins de 25 ans. On observe une réelle absence de réel changement dans les idéaux des personnes âgées qui ont vécu cette période discriminant les hommes tatoués et pour qui ce n’est pas encore bien rentré dans les mœurs.

           On peut dire que nous arrivons à une période charnière, où la vision de la société sur les personnes portant un tatouage commence à changer, et prendre une toute autre signification.La signification du tatouage en lui-même.

           Dans un contexte plus léger, le dessin que la personne choisi de faire tatouer sur son bras porte une signification particulière, qui elle, n’a pas vraiment changée au fils du temps. Le tatouage étant un art ancien, chaque représentation unique détient un sens bien défini. Celui qui porte un tatouage l’associe certainement à un évènement marquant, une décision murement réfléchie, mais il n’en reste pas moins que le dessin de ce tatouage porte en lui un sens défini. S’il devient courant de faire inscrire sur certaines parties du corps des prénoms de personnes à qui on est très attaché, tel que ses enfants ou conjoints, et dont la signification est assez simple à comprendre, certains dessins cache un autre sens bien moins connu.

     Voici une liste non exhaustive des dessins les plus populaires et de leurs sens.

  • ·        Étoile : Symboles du spirituel et de l'inspiration. Utilisées en navigation, elles illustrent la capacité à trouver une solution à un problème 
  • croix : Symbole le plus ancien de l'humanité, il date de milliers d'année avant JC. Sacrifice et amour pour les chrétiens, elle devient équilibre des forces naturelles pour les païens.
  • Tatouage d'ange signifiant : Protection, gardiens, les gardiens de rêves
  • Ailes : L’envol
  • Dragon : Force et pouvoir, le dragon est le maître de l'air et du feu. Il peut être bon ou mauvais. La perle qu'il enserre dans une de ses griffes représente sa quête de la pureté. En orient, le dragon signifie l'arrivée du printemps.
  • Phénix : La Renaissance.
  • Papillon : côté éphémère des choses, mais aussi l'âme et son immortalité.
  • Fée: Croyance en des pouvoirs surnaturels bons ou mauvais.
  • Lion symbolique dénote puissance, vigilance, immortalité et bien sûr courage.

D’autres tatouages et leurs significations sont répertoriés dans nos pages annexes.

 

           Pour conclure, le tatouage traine donc depuis longtemps autour de lui une polémique constante, qui le remet en cause. Même si le choix de porter un tatouage n’a pas été une évidence pour certaines personnes, pensons notamment aux juifs de la Shoah, la plupart des personnes le portant y voient toujours là un sens profond et bien réel. On peut même aller jusqu’à dire que de nos jours, le tatouage n’est plus si marginalisé avec une constante évolution dans le domaine. Mais de ce fait, on peut constater que le tatouage perd aussi en signification, et tend à ne devenir presque qu’une décoration ajoutée à notre corps par caprice, et qui peut parfois être regretté par la personne qui le porte. Mais réduire le tatouage à cela ne serait pas le tenir à la mesure de ce qu’il est vraiment. Ce car cette généralité est bien trompeuse, quand on observe le sens que prenaient les tatouages en Polynésie ou encore au Japon dans l’ancien temps.

            On peut donc en conclure, que bien que le tatouage s’encre de plus en plus dans nos mœurs et devienne de moins en moins réservé à un certain type de personne, il n’en garde pas moins une réelle signification. Il ne s’agit pas d’un simple dessin, mais d’un message que l’on prend la décision de porter toute sa vie. Le tatouage détient bel est bien un sens, une singularité qui le rend unique.

 

tatuajes-20lindos-20para-20mujeres.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×